Pour venir faire vos études supérieures en France, vous devez détenir un visa de long séjour valant titre de séjour étudiant.

En même temps que le visa est attribué, le consulat délivre un formulaire visé de demande d’attestation OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) ainsi qu’une notice explicative.

L’ambassade ou le consulat qui traite votre demande de visa, étudiera votre dossier et évaluera vos chances de réussite académique mais également de réussite professionnelle future.

Les critères permettant d’évaluer le niveau de l’étudiant en vue de la décision d’accorder ou non un visa de long séjour pour études sont les suivants :

Le niveau du cursus universitaire que vous intégrez : la priorité est donnée aux étudiants qui intègrent un Master ou un Doctorat, les titulaires d’un baccalauréat français, les étudiants admis en classe préparatoire aux grandes écoles ou en filière sélective de formation courte (IUT, STS) ;
La qualité de votre cursus antérieur, c’est-à-dire les notes et mentions obtenues, les établissements où vous avez étudié et la cohérence avec votre projet de venir étudier en France ;
Le cadre institutionnel de votre mobilité en France : vous avez plus de chance d’obtenir votre visa étudiant si vous venez en France dans le cadre d’un partenariat/coopération entre établissements (échange universitaire, double diplôme), si vous êtes boursier du gouvernement français, ou avez obtenu un diplôme ou complété un programme délivré par une institution française ; et
Votre maîtrise de la langue française – ce critère n’est pas rédhibitoire, votre candidature ne sera pas rejetée si votre niveau de Français est approximatif mais que vous avez un potentiel académique important.

Vous devrez fournir un certificat de pré-inscription lors de votre demande de visa, qui est l’un des documents les plus importants de la procédure.

Au-delà de ces critères qui permettent aux autorités consulaires de juger si votre projet de formation en France conduira à un « parcours de réussite professionnelle », vous devez aussi remplir les conditions suivantes :

Ne pas représenter une menace à la sécurité et l’ordre publics;
Fournir des justificatifs (diplômes, relevés de notes) authentifié;
Disposer de ressources suffisantes pour couvrir votre séjour en France – c’est-à-dire environ 615€ par mois, ce qui correspond à l’allocation mensuelle de base versée aux boursiers du gouvernement français. Ce dernier point est traité par l’Instruction générale sur les visas (le CESEDA n’indique pas de montant). Les consulats sont souverains pour l’appréciation de ces dispositions.